Menu Fermer

JOURNÉE CHAUDE AU BOIS DE VINCENNES

J’avais besoin de courir sur le plat, j’avais besoin de courir dans le bois, j’avais besoin d’herbes folles pour m’y étendre et y rêver.

J’ai eu tout ce que je désirais, ou presque. Et Phébus en sus.

On connait Phébus et ses feux redoutables, il est venu bien avant le début de la course, prévu à dix heures.

Il va de soi que dès la veille les Antilles avaient donné le ton, couleur beignet de bananes et rhum de Marie Galante. Un peu difficile à trouver le point de départ, près de la pyramide de Louis XV sur le parcours du Marathon de Paris et puis aussi parce que Roger H n’était pas là pour nous guider.

C’est la Course de Roger en effet que ces 25ème Foulées des Iles et si cette année la délégation Asphalte était fortement féminisée c’est probablement qu’on espérait le voir, avec d’autres, au départ.

Le dimanche à dix heures il faisait déjà vingt degrés à l’ombre ce qui pour un néo-breton est beaucoup et l’entrainement en soi était déjà un échauffement au sens littéral du terme. D’ailleurs Alexandra, Isabelle et Angela, pour commencer, avaient leur débardeur Asphalte, Nathalie ses lunettes noires et une tenue seyante tandis que Nazaire L., Fréderic C, et Christian P, Pierre Maximilien P avaient choisi le maillot en T.

D’autres admirateurs étaient là, autour du vice président Jean Michel, dûment accompagné de Christine, Nicolas M. venu en bicyclette de Paris, Daniel et Denise, Raoul venu encourager sa fille, Faycal présent dans les tribunes et notre président d’honneur, toujours aimable et souriant.

Départ à l’heure du Zouk commençant et, tout de suite, une longue allée ensoleillée, puis une autre et quelque poussière. En fait c’était plus rapide que je ne le pensais, devant, et un peu plus encombré de promeneurs avec dossards, derrière. Bilan au premier kilomètre c’est déjà trop tard pour battre le record des dix kilomètres mais toujours possible de ne pas finir dernier. On cogite beaucoup dans le peloton, pour finir en moins d’une heure avec cette météo c’est déjà bien.

Le parcours, renouvelé, adopte une longue boucle désormais qui longe le zoo des animaux sauvages, le lac Daumesnil du général d’Empire et s’enfonce dans des futaies et halliers sombres et mystérieux. Il y en a pour tous les plaisirs dans ce bois.

Finalement l’équipe Asphalte s’est retrouvée pour la photographie de groupe avec coupes car Isabelle deuxième, Alexandra et Fréderic premiers avaient eu la façon de se faire connaître. Petite attente ensuite afin de gagner un voyage pour deux aux Antilles, malheureusement perdu pour nous et un lot de consolation, qu’une autre a gagné.

C’est le soleil du bois de Vincennes qui éclaire nos débuts de juillet. C’est la fête au punch, après une certaine heure je ne me souviens plus très bien de ce qui s’est passé, c’était en créole de toutes façons et chacun a promis de revenir.

Alexandra Coulaud84ème, 1ère MF2En 42’29’’Isabelle Franqueza344ème, 2ème MF5En 54’46’’
Pierre M. Pezzali88ème, 28ème SHEn 42’39’’Angela Rasinariu439ème, 5ème MF5En 1h00’50’’
Frédéric Coler164ème, 1er MH7En 46’55’’Nazaire Leger463ème, 39ème MH4En 1h02’32’’
Christian Pallandre278ème, 5ème MH7En 52’01’’Denise et Daniel Corbillon526ème, 2ème MF8, 4ème MH8En 1h10’54’’
Nathalie Noël302ème, 4ème MF4En 53’01’’   

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.