Menu Fermer

Week end à Verbier…Suite

Salut mon ami Asphaltien,

Je ne vais pas te le cacher, quand je me suis inscrite, je n’avais pas réalisé l’ampleur du dénivelé.

Alice, tellement enthousiaste, m’a vendu cette course comme “trop belle” et en me disant que « de toute façon on marche dans les montées ».

Avoue qu’avec ces infos ça te donne aussi envie de t’inscrire non ?

Bref, me voilà donc, innocente, dans l’aventure avec elle, Farid et Nathalie DV pour le Marathon. Tandis que Christophe O, Hervé B et Olivier S se lancent sur une plus longue distance : 73 km pour la X-traversée.

C’était mon premier trail longue distance et je ne savais pas tellement comment me préparer. N’ai-je pas visé un peu trop haut en surestimant mes capacités ?

Ne pas finir une course, c’est excusable si on se blesse, qu’on on ne se sent pas bien, ou que la météo n’est pas de notre côté… Mais personnellement si j’abandonne aux premiers km parce que je me suis crue plus forte que je ne le suis, je n’assumerai pas cet éventuel échec.

Je me donne donc pour unique objectif : FINIR.

Durant cette course, j’ai eu l’impression d’avoir parcouru des km et des km, ressenti une multitude de sensations, discuté avec plusieurs personnes et en plusieurs langues. D’avoir vécu toute une vie !

On est passé par des petits chemins de montagne, des chemins plus plats (d’une trop grande rareté malheureusement), on a grimpé quelques rochers, glissé sur la neige, descendu une grande descente dans le brouillard, style forêt amazonienne pour dire vrai, puis on est passé en ville (très tès rapidement je te rassure)… encore … des petits pontons en bois tout mignons, on a sauté sur des pierres pour traverser des ruisseaux, que de sensations, enfin, sur un pont suspendu se balançant avec le vent… C’était vraiment magnifique ! Il a fait assez beau, il a plu, puis il a fait nuit, on a eu trop chaud, légèrement froid… J’ai couru avec Alice, puis toute seule, puis avec des gens, puis de nouveau toute seule… une vie en accéléré !!!

En elle-même, la course n’était pas si dure, l’allure est faible, sauf pour les quelques derniers km quand on commence à en avoir plein les pattes. La dernière montée, elle pique ! Et en fin de compte, la partie que j’attendais avec impatience fut finalement la plus pénible pour moi : la descente à la lampe frontale dans le noir en solitaire dans la forêt.

Ça fait presque 12 h quand ça y est je passe la ligne d’arrivée et le mot FINISHER s’inscrit en ligne. Je pense à mon chéri et à mes parents qui me suivent grâce à ma puce depuis mon départ. Je l’ai fait, on l’a fait et toi aussi, tu le feras l’année prochaine 😉

Morena

PS : Une image vaut mille mots, donc voici ci-après un apercu de ce que nous avons vu.

Merci à vous tous à l’asphalte pour cette passion que vous avez bien transmise, merci aux 4 meilleurs mentors, Farid, Nath, Christophe et Hervé pour vos conseils d’avant course.

Pour finir mention spéciale aux Baha : Merci Farid, pour tes supers entraînements et pour l’organisation. Alice, merci pour ce défi de dingue, et tu avais raison au final, on a marché dans les montées et c’était magnifique !

Morena ROLLAND MONNET

6 Comments

  1. Christian Pallandre

    Excellent texte que celui de Morena et extraordinaire épreuve surmontée.
    Comme on dit souvent « tu as des goûts très simples, tu te contentes de l’excellence ». Tu nous a fait vivre l’excellence.

    Christian

  2. Nathalie Poteau

    J’étais heureuse pour vous, Alice et Morena, lorsque j’ai vu dimanche que vous étiez « finisher ». J’ai bien imaginé votre fierté d’avoir réussi ce défi. Bravo à tous et merci pour vos écrits qui donnent l’impression d’y être et pourquoi pas de participer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *