Menu Fermer

Trail des Piqueurs

Trail des Piqueurs

Me voilà repartie dans mon pays « presque natal » pour le fameux trail des Piqueurs !

Je choisis la version 52km, quitte à faire 500 bornes pour se rendre en Auvergne, autant choisir la version longue ….

On décide de loger au départ, dans le petit bourg de St Jean des Ollières dans un gîte topissime ! Là nous faisons la connaissance d’une joyeuse troupe de traileurs originaires de Tours, Orléans et La Bretagne. On passe la soirée à se raconter nos anecdotes de courses en compagnie de nos supers hôtes et là je dis : quoiqu’il se passe demain pendant le trail, le samedi soir restera gravé dans nos mémoires !

Dimanche matin, 7h, nous sommes « montés » au départ et partons dans une première partie descendante. J’ai vu toutes les vidéos et photos de ce trail et je flippe ma race, donc le tempo est encore au fond à gauche…Je suis à la ramasse complète dès le 2ème km : serait-ce le vin blanc et rouge de la veille ? Si ça continue comme ça je vais lâcher beaucoup plus tôt que prévu !

Vers 4,5 km arrive le premier chaos Basaltique ! euh comment dire ….  Je commence à grimper, le cerveau est débranché, et là je m’éclate : on grimpe avec nos mains tellement c’est hallucinant ces caillasses !

Trail des Piqueurs

La suite c’est des pentes en hors-pistes de malades : je pense me réincarner en chèvre ! On passe tour à tour des chemins de caillasses à l’escalade à l’endroit et à l’envers, la traversée des sources avec ou sans ponts et le canyoning à l’envers aussi ! forcément avec toutes ces jolies surprises (que je traite d’enf……….. ! de nan c’est une blague ! à p……je vais les tuer !!!!) je n’avance pas bien vite ! Heureusement que mon supporter number one est là aux ravitos !

Bref après un passage au pays des elfes (la vallée de Martinanches), avec une forêt couverte de mousse, je suis à nouveau reboostée. Malgré ça, je me fais une raison de ne pas arriver avant la barrière horaire. Quand j’arrive enfin à la porte, je suis accueillie par les serres files qui m‘annoncent une avance de 15 minutes sur la barrière ! ils ont beaucoup d’humour aux Piqueurs ou alors ils ont bu les mêmes boissons que moi la veille ; bref gentiment un me file son eau pour remplir ma poche et m’annonce qu’il ne reste plus que 9 bornes : c’est easy ! en me laissant partir il ajoute qu’il y aura du bœuf à l’arrivée ! sans déconner ! ça ne se voit pas que je suis presque végétarienne ? aller c’est reparti pour un tour.

Vers 49km et des bananes, enfin le deuxième chaos basaltique, et là je vois Laurence (nouvelle copine du gîte) avec 2 copains de galère. Je les rejoins et nous grimpons jusqu’au Pic de la garde. Puis c’est ensemble que nous finissons puis passons la ligne d’arrivée main dans la main !

Bilan : Je rêvais (flippais) de faire ce trail qui me trottait dans la tête depuis quelques années et bien je n’ai pas été déçue. Aux piqueurs, une chose est sûre c’est : le ravito tu mériteras !

C’est une « course » à faire au moins une fois dans sa vie, pour ses nombreuses surprises, sa convivialité, ses stars (Luca Papi au top), les bénévoles (les pauvres n’en pouvaient plus d’attendre les derniers – moi), les paysages magnifiques – surprenants et les nouveaux copains et copine !!!

J+2 : c’est décidé j’y retourne l’année prochaine !

Trail des Piqueurs

Ce même dimanche Barbara Leret s’alignait sur le très difficile marathon du golfe de St Tropez. Le premier Français pointe en 5ème position en 2h42′ (les 4 premiers sont des Africains). Seulement une centaine de finishers en moins de 3h30 sur le millier d’engagés ! Barbara pour sa part termine 848ème en 5h15’04 » et 95ème de sa catégorie. Belle revanche pour elle qui souhaitait y participer en 2018 et avait du déclarer forfait en raison d’une blessure durant la préparation. Un CR s’impose Barbara !

Guillaume Pensier a terminé les 10 km du Mée sur Seine en 49’14 » et Pierre Koch les 5 km d’Antony en 44’41 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *