Menu Fermer

Trail des forts à Besançon par Michel Brisset

En ce dimanche 8 mai me voilà dans le Doubs, plus exactement à Besançon, ville de Franche-Comté bien connue pour sa citadelle de Vauban. Arrivée dès le vendredi pour associer visites culturelles et activités sportives, j’ai visité la vieille ville et monté à la citadelle, construite par Vauban entre 1668 et 1683. Cette dernière surplombe la vieille ville bien entourée par le Doubs qui après être passé en Suisse avant Montbéliard, redescend vers le sud en direction de la Saône. Après le classique retrait du dossard le samedi après-midi, particulièrement bien organisé, aucune attente ! … Car au moment de l’inscription la réservation d’un créneau horaire est nécessaire, et il faut bien le reconnaître contribue à rendre cette étape administrative particulièrement rapide. On fait simple, c’est dossard et dossard, pas de sacs de petites choses que l’on utilisera ou pas… un trail sous le signe de la sobriété. Bref, dimanche matin, le soleil est au rendez-vous, comme on aime, avec tout de même une crainte d’avoir un peu trop chaud sur l’arrivée de ce trail, ayant regardé le parcours, la fin du parcours est peu (pas) ombragée). Départ 9h30, pratiquement 1000 trailers s’étaient donné rendez-vous à la « Rodia » (salle de concert qui pour l’heure était bien silencieuse). 3 sas se forment, je décide de me mettre en fin de 2ième, sans stratégie particulière, c’est mon 1ier 30km, distance et longueur inconnues pour moi, alors j’y vais de façon raisonnée, avec une cible de 4h à 4h30 pour faire les 30km et 900 de D+ annoncé. C’est parti … le parcours longe le Doubs, après 2 km, nous le traversons sur la passerelle de La Malate, 1 km plus loin les premières difficultés se présentent, une belle montée pratiquement toute droite en sous-bois bien agréable … bien longue … environ 5km avec de rares reprises, 1h plus tard ce sera alternance de petites montées et descentes jusqu’au 17ème km, point culminant du trail à 541m d’altitude, le château de Montfaucon et son Belvédère un peu loin qui permet de voir Besançon. A partir de là, le parcours change, les chemins en sous-bois roulant, deviennent des chemins en sous-bois particulièrement caillouteux, gare aux chevilles si l’on n’y fait pas attention, alors prudence, une seule envie celle d’arriver sans bobo Côté ravito, rien à dire, parfait, au nombre de 3, bien répartis tout au long du parcours avec de quoi reprendre des forces et bien humidifier la casquette car le soleil commence à chauffer et les passages hors sous-bois plus important, comme l’arrivée du ravito dans Montfaucon, 1km de descente en ville et la fin juste avant l’entrée dans la citadelle, Citadelle que l’on devine dès le 25ème km, et se rendre compte qu’il faut descendre pour y remonter, les jambes commencent à tirer un peu, et il faut garder de l’énergie pour les escaliers de la citadelle. Arrive enfin l’entrée dans la citadelle, passage par le zoo, que je ne prends pas le temps de trop regarder (j’y retournerai le lendemain), et au détour d’une tour se présente les quelques marches … grosse déception, je m’attendais à avoir des marches, … des marches, … des marches à monter et non, ce sera qu’une petite trentaine de marches pour arriver sur les remparts sud de la citadelle, et quelle vue !

Reste encore 1,5km dont pratiquement 400m d’anciennes marches toutes différentes, nouvelle traversée du Doubs par le pont de Chardonnet, et l’arrivée est en ligne de mire pour conclure finalement 29,5km et 930m de D+ . Une belle sortie, bien agréable, le temps sec a facilité les montées que je n’ose imaginer pratiquer après de fortes pluies. Coté chiffres, je termine en 4h05’46 », très proche de mon objectif, donc très satisfait, au général 749e/881e (le 1er en 2h05’45″… 2x plus vite 😂👌), 607e/686e au classement hommes et 97e/122e en V2H… reste à profiter de la région où j’y passe la semaine pour continuer de découvrir la citadelle, la saline Royale d’Arc-et-Senans, la grotte d’Osselle, le saut du Doubs.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.