Menu Fermer

Semi marathon de la vente des hospices de Beaune

Chaque année, le 3ème dimanche de novembre, sont organisées les traditionnelles ventes de charité des hospices de Beaune, institution dont l’origine remonte au Moyen-Age : la récolte du domaine viticole des hospices, qui s’étend parmi les crus les plus prestigieux de Bourgogne, est vendue aux enchères pour financer le fonctionnement des hôpitaux et maisons de retraite dont l’institution a la charge.

Autour de cet évènement de renommée mondiale, sont organisées diverses attractions périphériques  afin d’attirer la foule et les médias, parmi lesquelles un 10 km et un semi-marathon tenus le samedi après-midi.

Ayant la conviction bien ancrée selon laquelle le fonctionnement des hôpitaux doit reposer davantage sur la solidarité nationale que sur la charité intéressée des acheteurs de pinard, je me suis pourtant inscrit à cette course pour la seconde année consécutive, car j’apprécie son ambiance festive et gourmande.

Ce semi est organisé de main de maître par la ville de Beaune : aux nombreux bénévoles s’ajoutent les agents municipaux mobilisés et bien sûr payés pour la circonstance. Le départ s’effectue en cœur de ville et l’arrivée en périphérie au forum des sports, chauffé et bien pratique pour éviter de prendre froid après la course.

Du parcours on retiendra qu’il se déroule en totalité sur des chemins vicinaux bitumés serpentant au milieu des vignobles avec 3 braves petits raidillons dans la seconde partie du parcours, ce qui est bien normal car il est rare de rencontrer des vignes sans coteaux. Ces chemins vicinaux ne sont guère larges et l’on se gêne quelque peu pendant le premier kilomètre mais tout cela finit par s’arranger. Ce semi traverse donc 5 appellations parmi les plus prestigieuses de Bourgogne : Beaune, Pommard, Meursault, Monthélie, Volnay, des vignobles certes prestigieux mais peu étendus…..le coureur sagace ne manquant pas de se demander, au vu des milliers de bouteilles vendues, si l’origine du breuvage est toujours contrôlée ! Ce qui est certain, à en juger à l’aune des demeures longeant le parcours, c’est que le grand vin de Bourgogne fait vivre dans l’opulence les heureux propriétaires de parcelles classées.

Vignobles et demeures cossues, tout me rappelait le semi de Lausanne couru un mois auparavant.

Pour boucler ce parcours, il m’aura fallu 1h49′ ponctuées de 3 ravitaillements intermédiaires avec un verre d’eau et une gorgée de blanc. A l’arrivée, on récupère une bouteille de rouge « coteaux bourguignons » et un tee-shirt somme toute pas si laid que cela. Pour 25€ j’ai peu ou prou eu l’impression d’en avoir pour mon argent. A Lausanne, cela m’avait coûté presque 3 fois plus cher avec à l’arrivée….des bananes !

La présence de nombreux coureurs parisiens ne m’a pas échappé : la desserte de Beaune tant par le TGV que par l’autoroute n’y est sans doute pas étrangère !

Guillaume 761ème/1922. 21ème MH5/70. 1h49’36 ».

De Gérard Tissaire:

La course de la vente des vins est pour nous un grand moment festif. On a du mal à rester raisonnables avec nos amis invités dont Fred du club d’Ozoir la Ferrière qui n’amuse pas le terrain 🤭.toujours est il que Sylvie a eu le courage de prendre le départ pour les 10km400 sur un parcours au milieu des vignes pas très facile. Je l’ai accompagné car j’avais besoin de faire un peu de marche a pieds 🤣.on a pas trop compris pourquoi tous ces gens nous doublaient, surement des problèmes de dopages !! Toujours est il que nous avons  dû faire un temps de 1h20, les temps affichés s’arrêtait à 1h16. Sylvie n à pas fait de podium il y avait 3 mamies devant elle🤒,,( on ne peux  pas lever le coude la veille et les genoux le lendemain )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.