Menu Fermer

Saintélyon par Frédéric Brisset

Une année un peu particulière qui à scié l’année et placé la course à pied de côté ! Pas grave, mon paternel a bien senti la chose et me dit d’un ton certain en sortie de vacances  » je me sui ré-inscrit, viens à l’asphalte c’est top tu verras, tu trouveras d’autre chose et tu n’auras pas de contrainte, bref tu pourras faire ce que tu veux mais pas forcément tout seul ! »

Inscription faite, premiers entraînements effectués, la suite… une course longue pour la fin d’année.

Jamais 2 sans 3, c’est tout vu ce sera la Saintélyon. 

Première fois que j’y vais seul, mais aucune surprise j’ai le déroulé et les contraintes. Tout est calé, transports/hébergement/matos… mercredi grève SNCF très suivie. Bingo tous mes trains sont supprimés, un signe ? Il n’en sera rien, je verrai du coin de l’œil la fameuse arche (photo), j’arriverai dans le parc aux bêtes (photo) bien plus tôt que d’habitude et puis c’est tout ! Beaucoup de monde, tous entassés et bien serrés attendant l’ouverture des portes pour partir en courant quelques mètres plus loin pour espérer ne pas partir 5ième vague. 

23h20 : annonce du chauffeur d’ambiance, départ dans 10min pour les élites, les préférentiels (SAS dans lequel partira Boris)… 

23h30 : rien 

23h35 : pour des questions de sécurité, le départ est retardé ! en effet 2 véhicules sont stationnés à des endroits qu’il ne faut pas !

23h45 : 1ère vague, et la bah ca enchaine et les délais entre vagues ne seront pas franchement respectés

La course : beaucoup de monde au départ mais les rues sont très larges et permettent à tout le monde d’y trouver son rythme sans avoir de réel frein. Ce n’est pas fameux, mais cela aura le mérite d’étirer et de limiter les bouchons et attentes interminables qui peuvent arriver sur certaines courses. Les premiers Km sont roulants et le D+ se concentre sur la première moitié de course. Je m’accroche à un groupe de coureur qui me semble respecter mon objectif, à ce moment il fait juste froid). 

Une saintélyon au sec, je ne connais pas… l’adage ne changera pas ! 2Km avant le premier ravito, la pluie s’invite et elle sera bien présente pendant 3h, se mêlant au vent et au brouillard. J’ai toujours sur moi un poncho complètement étanche et assez large, le gore-tex c’est bien mais le poncho c’est mieux ! 

Tout change, la terre humide devient boue, ruisseau, glaise… cela se complique. Les Km se déroulent bien, je suis au courant qu’il n’y a pas de ravito au chaud avant le Km 55 donc je reste dans ma bulle, enfin mon poncho ! La grosse difficulté se trouve juste avant le marathon, ça monte dur dans la boue et ça glisse fort ! Pour avancer je me fixe l’objectif d’arriver au premier ravito couvert avant le levé du jour, chose faite !

Dans ce gymnase, j’y prendrai mon premier thé et ma première soupé histoire de réveiller et réchauffer mon corps qui me montre quelques signes de fatigue. Je donne les premières nouvelles à la famille, j’en reçois cela me rebooste et je coupe la suite de la course en deux blocs de 12Km, mon objectif initial est parti.

Dernière partie de course, moins de coureur, plus de route mais toujours de très beaux tronçons de boue ! La civilisation est là, le jour aussi et le brouillard également (photo). Les montées font juste mal aux jambes et ne laissent même pas le temps de s’échauffer, les descentes permettent d’avancer correctement et de relancer le rythme. Arrivé sur les marches, passage entre les barres d’immeuble, vue sur Sâone et surtout sur le pont qui mène à la halle. Beaucoup de monde, des encouragements qui font du bien… entré dans la Halle, l’arche est là et un monde ! Je suis arrivé en même temps que les remises de prix des courses.

Objectif initial, 10h environ, je finalise en 10h23 améliorant mon rp d’un peu plus de 2h15… loin des premiers mais mon temps et ma médaillé en bois me motive à passer à 2023 et aux futurs objectifs !

Merci aux entraîneurs du mardi (désolé pour les autres je ne peux pas venir le dimanche) et au groupe de coureur qui m’ont fait clairement progresser en 3 mois. 

Fred alias le petit frère de Michel

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *