Menu Fermer

Qu’importe le chrono, pourvu qu’on ait, l’ivresse de pouvoir courir !

Cela faisait bien longtemps (depuis février 2020 à Charenton) que je n’avais eu l’occasion d’épingler un dossard sur le devant de mon beau maillot de l’Asphalte.

J’avais bien caressé l’espoir de m’aligner dimanche dernier à la 40eme Course de la Rentrée du Perreux, mais cet espoir c’est transformé en désespoir et je n’ai que caressé la douceur de ma couette sous laquelle j’étais contraint de rester.

Bref, ce dimanche, deux courses se présentaient à nouveau à ma reprise officielle.
Bry où les copains de l’Asphalte s’étaient donnés rendez-vous, ou Noisy le Grand.

C’est dans cette ville du 93, que j’ai décidé de participer aux 24eme Foulées.

Le tracé de 10 kilomètres, entièrement en ville n’est pas désagréable, avec quelques faux plats, et autant de petites descentes favorables aux relances. Deux tours de ce circuit sous une température encore estivale étaient au programme de cette épreuve pour laquelle un peu de plus de 250 coureurs s’étaient alignés au départ.

Mon ambition du jour n’était évidemment pas de réussir le chrono du siècle, mais seulement terminer la course dans un temps référence pour d’éventuelles futures autres épreuves, si mes cervicales veulent bien m’accorder quelques répits.

Seul Aphaltien de ces Foulées, j’ai couru sans repères que sont mes habituels alter égo du club, mais cela m’a permis de courir tranquillos et de terminer heureux d’avoir eu mal pour un plaisir que nous connaissons tous.

Je ne connais pas précisément mon chrono, mais cela n’est pas très important, il me satisfait de toute manière. Car qu’importe le chrono, pourvu qu’on ait, l’ivresse de pouvoir courir !

La prochaine course, c’est promis c’est avec les copains de l’Asphalte que je participerai à l’oxy-trail le 26 septembre, l’une des plus belles courses organisées en Ile de France avec le Relais Nature du Parc du Tremblay !!!!

3 Comments

  1. Philippe DOUBLET

    Michel, si on ne partage pas les mêmes maux, je partage sans réserve tes mots.
    Ayant depuis plus d’un an vécu une succession de blessures qui m’ont privé d’entraînement régulier et de compétition, je suis comme toi impatient de pouvoir courir à nouveau.
    Rendez-vous pour courir ensemble avec un dossard dès que possible…

Répondre à MONIQUE CLEMENT Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *