Menu Fermer

Support team à l’Ultra Triathlon Norseman 2019 (Norvège)

Support team à l’Ultra Triathlon Norseman 2019 (Norvège)

Selon les organisateurs, c’est le triathlon longue distance le plus dur du monde :

  • 3, 8 km de natation dans un fjord.
  • 180 km de vélo avec 3500m D+ (équivalent à une étape alpine du tour de France !)
  • 42,195 km de course à pied avec 880m ou 1800m D+ sur le final.

 

Outre  les difficultés du parcours, ce triathlon possède deux singularités :

 

– Il n’y a pas d’assistance sur la course, c’est donc à l’athlète de s’entourer de personnes qui vont l’assister sur tout le parcours pour gérer le matériel lors des transitions et assurer les ravitaillements en course. Laurence que certains parmi vous connaissent pour avoir couru avec elle le samedi à Vincennes m’a proposé del’assister avec Aurélia et l’accompagner sur les 17 derniers kilomètres du marathon pour lesquels les « supports » sont autorisés à courir aux côtés des triathlètes.

 

– Pour des raisons de sécurités, seuls les 160 premiers triathlètes sont autorisés à finir le marathon par l’ascension finale d’un sommet sur un sentier escarpé avec 900m de dénivelé supplémentaire. A l’arrivée, ils auront droit à un T-shirt noir. Les autres « finishers » parcourent les 10 derniers kilomètres sur une route vallonnée qui les conduit à une station de ski avec pour récompense un T-shirt blanc.

 

Le rêve de chaque triathlète est de décrocher le T-shirt noir et Laurence avait cet objectif en tête. Sortie de l’eau en 240ème position, elle fait une très belle course vélo pour remonter à la 202ème position et aborde le marathon avec la hargne pour gagner encore 42 places ! Au 25ème kilomètre débute l’ascension de la « zombie hill » (7,5km 880m D+), une suite de rampes à 10-15%. C’est à partir de là que l’on peut accompagner les coureurs. Nous parcourons cette difficulté en 1h23 pour arriver à la barrière « du T-shirt noir » en 185ème position, 25’ après le 160ème. Déception bien sûr mais réalisme aussi – Laurence n’avait plus les jambes pour faire l’ascension finale. Elle finira la course fatiguée mais pas épuisée en 15h03 à la 182ème place d’une course très relevée.

 

Encourager, réconforter, motiver, rassurer …c’est ce que nous avons fait tout au long de cette épreuve  en tant que « support team » et c’est une expérience de partage et de collaboration inégalable que je souhaite à chacun de vivre un jour. Nous avons franchi la ligne d’arrivée ensemble, fiers de la performance de Laurence et avec le sentiment d’y avoir contribué…un peu !

 

Ce fut une très belle expérience humaine et sportive dans un cadre exceptionnel avec des paysages sublimes…fjords aux à-pics vertigineux, calottes glacières, lacs d’altitude, chutes d’eau etc qui rappellent tout à la fois l’Islande, le Canada et l’Ecosse. Tout cela à 2h00 de vol de Paris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *